[Special] Kaze no Shounen

Publié le par empire records

 

http://i.dramacrazy.net/tn_kaze.jpg http://daisukedrama.unblog.fr/files/2011/02/ozakiyutaka.jpg

 

Titre : Kaze No Shounen

Nombre d'épisode : 1

Année : 2011

Chaîne de diffusion : TV Tokyo

Personnages / Acteurs :

Ozaki Yutaka : Narimiya Hiroki

 

Résumé

 

L'histoire vraie de Ozaki Yutaka célèbre chanteur japonais mort soudainement en 1992 à l'âge de 26 ans.

 

Commentaire

 

Si je dois être honnête, je ne connaissais pas Ozaki Yutaka avant d'entendre parler de ce SP avec Narimiya Hiroki. Mais pour une fois je n'ai pas regardé un SP par rapport à un acteur mais par rapport à l'histoire. L'histoire de Ozaki Yutaka était proche de celle des idoles de mon adolescence (là vous allez vous rendre compte de mon grand âge). Les années 90 a tué ses idoles en tout cas les miennes, en 1993 River Phoenix, en 1994 Kurt Cobain et en 1997 Jeff Buckley ... Alors, en lisant l'histoire de Ozaki je la trouvais plutôt proche de ceux qui ont bercé le début de mon adolescence.

On voit Ozaki Yutaka à travers le regard de son producteur Sudo Akira ce qui je trouve est intéressant vu du fait que Ozaki n'était pas de ceux qui se raconte beaucoup en dehors de sa musique. Sudo Akira a suivit tout la carrière de Ozaki et a sans doute été plus qu'un simple producteur. D'ailleurs on remarque un certain regard bienveillant dans le SP sur le "personnage" de Ozaki certes il n'a pas toujours été un ange et s'est brûlé les ailes, sans doutes parce qu'il critiquait la société qui l'enfermait dans un système qui  et dont il se libérait par la musique et soudain il s'est senti emprisonné par elle (la musique), mais tout cela est contre balancé par le regarde Sudo et sans doute son sentiment de culpabilité de ne pas l'avoir assez protégé peut être et l'impression d'avoir abandonné Ozaki.

On sent que Narimiya Hiroki pour ne pas dénaturé Ozaki a voulu aller jusqu'au bout du "mimétisme" c'est sans doute ce qui est le plus dur pour un acteur quand on joue une idole ou plutôt icône des années passées qui vit encore dans les mémoire. Ils ne peuvent prendre des libertés et doivent coller aux souvenirs toujours présent dans les mémoires. Et dans cette dure tâche, je trouve par rapport aux images de concert que j'ai pu voir de Ozaki Yutaka , qu'il s'en  sort très bien.

Donc, j'ai trouvé ce SP vraiment bien fait et j'ai passé un bon moment devant mon écran le seul petit hic c'est la fin bien sûr aucune thèse sur sa mort est avancé, il n'y a aucun partie pris d'ailleurs on annonce sa mort une simple représentation de celle-ci de quelques secondes. C'est sans doute par pudeur et puis c'est aussi que tout les japonais doivent connaître tout les dessous de celle-ci mais pour moi qui ne connaissait pas sa vie et les circonstances de sa mort je n'ai pas tout compris, et je n'ai compris qu'après avoir été faire quelques recherches (bon il sans doute possible aussi que j'ai fait ma blonde et qu'il n'y ai que moi qui n'est rien compris les histoires d'amour c'est beaucoup plus simple ...).

 

Si vous voulez en savoir un peu plus sur les années 90 au Japon, si vous voulez connaître un peu plus l'histoire musicale de ce pays, si vous vous intéressez aux icônes d'autre fois alors Kaze no Shounen est fait pour vous.

 

 

Ozaki Yutaka

 

Il est né en 1965. A l'âge de 17 ans il devient une star adulée et reconnu. Sur son premier album "Seventeen's Map" il critique ouvertement le système scolaire et son pays.

Durant sa carrière il a connu beaucoup de haut mais aussi de bas.

Il meurt en 1992, le 25 avril, d'un oedème pulmonaire et en pleine gloire. Cependant les circonstances de sa mort restent "mystérieuses", en effet il a été retrouvé mort dans une ruelle de Tokyo à moitié nu près de chez lui, il y a ainsi une thèse selon laquelle ce serait un homicide.

Il avait une femme et un fils.

A l'annonce de sa mort, plusieurs dizaine de fans se sont suicidé.

 

Jyunanasai no Chizu (Seventeen's Map) - 1984

 

 

 

 

Sotsugyou (Graduation) - 1985

 

 

 

I love you - 1991

 

 

 


 

 

 

 

 

Publié dans Drama

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article